Le gouvernement du parti communiste chinois approuve la construction de trois autres laboratoires au niveau de biosécurité de Wuhan

0

Le Parti communiste chinois a adopté jeudi une loi qui se traduira par la construction de trois laboratoires de recherche au niveau de biosécurité-4, agréés pour la recherche sur les agents pathogènes les plus dangereux.

Avant la construction de ces installations, on pensait que la Chine du communiste n’avait en fonctionnement que deux laboratoires répondant aux exigences de biosécurité de niveau 4, a noté jeudi le Global Times.L’un de ceux-ci est l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), sujet de nombreuses spéculations après que Wuhan soit devenue la première ville au monde à documenter les infections humaines par le coronavirus covid-19 à la fin de 2019.Le l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) était connu pour avoir étudié les coronavirus des chauves-souris au moment du début de l’épidémie.

Le Parti communiste chinois a insisté à plusieurs reprises sur le fait que l’Institut virologie de Wuhan n’a joué aucun rôle dans ce qui est maintenant la pandémie de coronavirus covid-19 et affirme que Wuhan n’était pas à l’origine de l’agent pathogène,malgré aucune preuve suggérant que des cas d’infection se sont produits en dehors de la province du Hubei, où se trouve Wuhan, avant que les cas ne soient confirmés là-bas.

Le ministère chinois communiste des Affaires étrangères a allégué à plusieurs reprises, sans preuves, que la véritable origine du coronavirus covid-19 était aux États-Unis, accusant spécifiquement un laboratoire de biologie dans un établissement de l’armée américaine à Fort Detrick, dans le Maryland.Aucune preuve ne suggère que des cas de coronavirus covid-19 se sont produits dans le Maryland avant ceux de Wuhan.

En annonçant la construction des nouvelles installations- les trois laboratoires de biosécurité de niveau 4, plus 88 autres laboratoires de biosécurité de niveau 3- Le Global Times a affirmé que la Chine du communiste portait un coup dur aux attaques étrangères, comme la théorie du complot selon laquelle “la source du COVID-19 provenait d’un laboratoire de Wuhan” .

Selon les Centres de Contrôle des Maladies (CDC) des États-Unis, un laboratoire de biosécurité de niveau 4 est le plus haut niveau de sécurité biologique.

“Les microbes dans un laboratoire BSL-4 sont dangereux et exotiques, posant un risque élevé d’infections transmises par aérosol.Les infections causées par ces microbes sont souvent mortelles et sans traitement ni vaccins”, a noté le CDC. “Deux exemples de microbes utilisés dans un laboratoire BSL-4 incluent les virus Ebola et Marburg.”

Le Global Times a insisté sur le fait que la construction de plus de laboratoires de ce type était nécessaire pour la «sécurité nationale».Le vice-ministre de la Science et de la Technologie Xiang Libin aurait détaillé le plan de construction des nouveaux laboratoires – sans aucune indication sur leur emplacement ou sur les microbes spécifiques qu’ils étudieraient – cette semaine.Le journal d’Etat a noté qu’il n’existe pas de liste définitive du nombre de laboratoires biologiques déjà présents en Chine.

“La prévention des risques biotechnologiques fait partie intégrante de la sécurité nationale et la nouvelle loi contient des réglementations détaillées sur les activités liées à la prévention des risques biotechnologiques, y compris des règles sur la surveillance des risques de biosécurité et l’alerte rapide, l’évaluation des risques, ainsi que le partage et la diffusion d’informations”.le Global Times a insisté, notant que les laboratoires les plus dangereux se joignent à «un certain nombre» d’installations de niveau 2 de biosécurité construites depuis le début de la pandémie de coronavirus covid-119.

Le haut diplomate du président Donald Trump, l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo, a indiqué à plusieurs reprises en public qu’il avait des raisons de croire que la pandémie était le résultat d’un incident à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV).

“Il existe d’énormes preuves que c’est là que tout a commencé”, a-t-il déclaré dans une interview en mai 2020.Près d’un an plus tard, en février, Pompeo a insisté sur le fait que «rien» n’avait changé depuis qu’il avait porté pour la première fois l’accusation pour le convaincre qu’il avait tort.

“Je continue de savoir qu’il y avait des preuves significatives… que cela pourrait bien provenir de ce laboratoire”, a déclaré Pompeo.

Lors d’une audition tenue cette semaine au Congrès, des membres de haut rang de l’administration du président Joe Biden ont semblé convenir avec Pompeo que la communauté du renseignement américain estime que l”Institrut virologie de Wuhan(WIV) était l’origine possible du virus.

“Il est absolument exact que la communauté du renseignement ne sait pas exactement où, quand ou comment le virus COVID-19 a été transmis initialement.Et fondamentalement, les composants ont fusionné autour de deux théories alternatives”, a commenté le directeur du renseignement national (DNI) Avril Haines. “Les scénarios sont qu’il a émergé naturellement d’un contact humain avec des animaux infectés, ou qu’il s’agissait d’un accident de laboratoire comme vous l’avez identifié.Et c’est là que nous en sommes actuellement.”

L’Organisation mondiale de la santé (W.H.O.) a envoyé une équipe à Wuhan en janvier pour étudier l’origine de la pandémie.L’équipe a publié un rapport de 120 pages fin mars concluant que l’origine la plus probable du virus était un animal infectant un autre animal dans la nature, qui à son tour a infecté le premier être humain.Il a exploré la possibilité d’un accident de laboratoire, mais pas une fuite délibérée, et a conclu qu’un tel scénario était «improbable».

Le chef de la OMS., le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rejeté l’enquête sur la théorie selon laquelle elle s’était échappée d’un laboratoire comme étant insuffisamment exhaustive lors d’un point de presse pour faire ses débuts dans le rapport.

“L’équipe a également visité plusieurs laboratoires à Wuhan et a envisagé la possibilité que le virus pénètre dans la population humaine à la suite d’un incident de laboratoire”, a affirmé Tedros. “Cependant, je ne pense pas que cette évaluation ait été suffisamment approfondie.D’autres données et études seront nécessaires pour parvenir à des conclusions plus solides.”

“Bien que l’équipe ait conclu qu’une fuite de laboratoire est l’hypothèse la moins probable, cela nécessite une enquête plus approfondie, éventuellement avec des missions supplémentaires impliquant des experts spécialisés, que je suis prêt à déployer”, a-t-il ajouté.

Tedros a également condamné le gouvernement du parti communiste chinois pour avoir refusé d’autoriser les enquêteurs de l’OMS à accéder à des données clés concernant les premiers jours de la pandémie, en particulier des informations sur des patients individuels diagnostiqués avec une maladie à coronavirus.

“Dans mes discussions avec l’équipe, ils ont exprimé les difficultés qu’ils rencontraient pour accéder aux données brutes.Je m’attends à ce que les futures études collaboratives incluent un partage de données plus rapide et plus complet”, a déclaré Tedros aux journalistes.

Le gouvernement du parti communiste chinois a utilisé les remarques de Tedros pour demander instamment une enquête de l’OMS sur les laboratoires biologiques aux États-Unis, insistant sur le fait que la théorie selon laquelle le virus s’est échappé d’un laboratoire ne signifie pas nécessairement que la fuite s’est produite en Chine.

“La théorie des fuites en laboratoire est extrêmement improbable en Chine, mais cela ne signifie pas qu’elle est improbable ailleurs”, a déclaré un scientifique de haut niveau du Centre chinois communiste de contrôle des maladies (CDC), Zeng Guang, au Global Times.

Les scientifiques du parti communiste chinois pensent que la prochaine étape   devrait être l’enquête mondiale sur l’origine du virus”,a affirmé le journal d’État début avril. “Pourtant, ils ont exhorté certains pays, en particulier les États-Unis, à cesser de faire pression politique sur ce travail et sur les scientifiques, car si une telle enquête est guidée politiquement, il n’y aura pas de résultat juste et scientifique.”

Traducteur:Himalaya Moscow Katyusha(RU)- Petit Nicolas(珍珠丸子)

Lien référence:

https://www.breitbart.com/asia/2021/04/16/china-approves-construction-three-more-labs-biosafety-level-wuhan/

Loading...