Le Passeport Vaccinal Du Québec Entre En Vigueur, Restreignant La Plus Grande Partie De La Vie Publique Des Non Vaccinés

2

le Groupe Mont-Royal Montréal

Traducteur: 月亮之上 

Traduit de l’article: https://gnews.org/zh-hans/1504517/

Source de l’image: 985fm.ca

À compter d’aujourd’hui, une preuve de vaccination sera autant une nécessité quotidienne au Québec qu’un portefeuille ou une clé de maison en quittant la maison, selon un rapport du 1er septembre publié à la CBC. Les participants à la plupart de la vie publique, de la consommation de bière au badminton, devront présenter un document numérique ou papier appelé passeport de vaccination COVID-19.

D’autres provinces – dont la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Ontario – se préparent à mettre en œuvre leurs propres systèmes de passeport de vaccination dans les prochains jours et semaines.

Au Québec, la liste des activités non essentielles interdites aux non vaccinés est longue : les restaurants, les cinémas, les gymnases, les sports d’équipe et les piscines intérieures sont désormais interdits pour ceux qui ne sont pas complètement vaccinés, ou ont obtenu de rares dérogations pour des raisons médicales.

De nombreux experts en santé publique ont salué le passeport comme un outil utile pour aider à contrôler la propagation du COVID-19, en particulier dans les endroits où les foules se rassemblent. Et les gens sont encouragés à se faire vacciner, alors que le Québec et le reste du pays entrent dans la quatrième vague de la pandémie.

“Les gens veulent se faire vacciner, ils veulent avoir une vie normale, on a vécu l’enfer dans les trois premières vagues”, a déclaré le ministre de la Santé Christian Dubé en annonçant le système. Les observateurs sont également curieux de voir comment le système fonctionne dans la pratique.

Carey Bowman, professeur à l’Université de Toronto qui enseigne la bioéthique et la santé mondiale, affirme que l’approche du Québec pourrait servir de modèle pour l’ensemble du pays. Il dit que le système représente une forme « sans précédent » de politique de santé publique dans son contexte. Il compare cela à l’accent mis sur les droits collectifs plutôt que sur les droits individuels pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais il craint qu’un système comme celui du Québec ne risque de repousser les non-vaccinés en marge de la société et d’attiser davantage les tensions. Il a dit qu’il y a des gens qui ne veulent pas être vaccinés, ce qui équivaut à une forme de “coercition”. Bowman a ajouté qu’un passeport vaccinal ne suffirait pas nécessairement pour mettre fin à la pandémie, surtout compte tenu de la présence de la variante Delta plus transmissible de le coronavirus.

Les pays et les juridictions du monde entier – y compris l’Union européenne, Israël et des villes américaines telles que New York et San Francisco – ont commencé à mettre en œuvre des bons de vaccination à des degrés divers, à la fois pour les voyages et la vie quotidienne.

Le Québec continue d’utiliser des mesures publiques améliorées après le 1er septembre et le gouvernement prétend que le système de passeport vaccinal est un moyen d’éviter une nouvelle série de mesures d’embargo. Au Québec, 86 % des résidents de plus de 12 ans ont reçu au moins une dose du vaccin et 79 % ont reçu deux doses. La plupart de ces personnes ont téléchargé des codes de réponse rapide (QR) émis par le gouvernement pour prouver leur statut vaccinal.

Bowman a ajouté : “Les employés des restaurants et autres entreprises font face à une tâche ardue. Ont-ils la formation ? Ont-ils le soutien pour le faire ? Et dans certains cas, nous aurons probablement affaire à des personnes très en colère au Québec, à travers le pays et dans le monde. La façon dont nous capturons cela est une considération importante.”

Les critiques, cependant, ont exprimé leur inquiétude quant à la création du passeport et son impact futur. Les trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale de la province ont demandé un débat à l’Assemblée législative pour entendre les opinions d’experts sur la science et l’éthique d’un tel système.

Le gouverneur de la province, François Legault, a refusé, affirmant qu’il ne voulait pas donner une tribune aux théoriciens du complot. Les nouvelles règles ont été créées par décret et le gouvernement fonctionne toujours sous l’état d’urgence, ce qui lui permet d’introduire rapidement de nouvelles règles sans débat à l’Assemblée nationale.

Joël Arseneau, porte-parole du Parti québécois en matière de santé, a déclaré : « Ils sont maintenant habitués à gouverner par décret, ce qui a un impact sur le niveau de préparation et le niveau d’anticipation des problèmes qui pourraient survenir.

Catherine Descoteaux, coordonnatrice de l’organisation québécoise des libertés civiles Ligue des droits et libertés, affirme qu’il y a un manque de consultation qui aurait pu aider à atténuer les inquiétudes des groupes vulnérables, comme les personnes âgées et les travailleurs sans papiers.

La question est : pourquoi les Canadiens doivent-ils être vigilants lors de la quatrième vague, même s’ils ont été complètement vaccinés? Si le vaccin fonctionne, ils ne seront pas infectés par peur de quoi que ce soit. Si le vaccin est inefficace, pourquoi un « passeport vaccinal » est-il utilisé pour contraindre les gens à se faire vacciner tous?

Lien de référence

Loading...